Fibromyalgie

Fibromyalgie ou douleur généralisée

Par Lori Montgomery, MD, CCFP

Introduction

Plusieurs patients souffrant de douleur chronique ont plus qu’un seul problème de douleur et de nouvelles douleurs peuvent apparaître. En réalité, certains manifesteront de la douleur généralisée qui va de pair avec d’autres symptômes liés à l’hyperactivité du système nerveux. Cette constellation de symptômes est souvent appelée la « fibromyalgie » (prononcer : FI-BRO-mi-al-gi).

Les signes et les symptômes

La fibromyalgie touche de trois à six pour cent (3 à 6 sur 100) de la population, tout en variant en intensité. Certains patients sont affectés très légèrement, tandis que d’autres sont très handicapés. Voici quelques symptômes :

  • Douleur généralisée
  • Sommeil non réparateur (sommeil après lequel ils ne se sentent pas reposés)
  • Dépression
  • Côlon irritable (constipation chronique ou diarrhée)
  • Dysfonction de l’articulation temporo-mandibulaire (douleur à la mâchoire)
  • Syndrome de la vessie douloureuse (mictions fréquentes ou douloureuses)

Les causes

La cause de ces symptômes n’est pas connue avec certitude. Dans certains cas, ils s’installeront après une période prolongée de douleur localisée. Les problèmes associés à l’entorse cervicale en sont un exemple. D’autres apparaissent lentement, alors que d’autres encore commencent après un événement comme une chirurgie ou une grave infection. Il est clair que le système nerveux est plus actif que la normale dans cette maladie.

Nous ne comprenons pas encore ce qui déclenche ce processus. Les scientistes savent que les gens atteints de fibromyalgie ont des taux plus élevés de certains produits neurochimiques provoquant une hypersensibilité à la douleur au niveau de la moelle épinière. Leur cerveau traite également la douleur dans des endroits différents de ceux des personnes qui ne souffrent pas de cette maladie. Mais nous ne savons toujours pas ce qui met ce processus en marche.

Les tests diagnostiques

Jusqu’à maintenant, il n’existe aucun test diagnostique pour détecter la fibromyalgie. Un médecin commencera par tenter d’exclure toute autre cause de douleur généralisée, pour émettre ensuite un diagnostic de fibromyalgie en se basant sur vos symptômes et sur les résultats de vos examens physiques.

L’approche du traitement

Les médicaments
On a découvert dans de nombreuses études sur des patients atteints de fibromyalgie que plusieurs médicaments sont efficaces pour cette maladie. Néanmoins, ce ne sont pas tous les médicaments qui peuvent vous convenir, étant donné vos autres problèmes de santé et les médicaments que vous prenez. Certains patients peuvent bénéficier des médicaments suivants :

  • Antidépresseurs tricycliques (comme amitriptyline ou nortriptyline)
  • Gabapentine ou prégabaline
  • Tramadol
  • Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (comme venlafaxine ou duloxétine)

Certains médicaments à base de cannabinoïdes peuvent également aider certains patients à mieux dormir.

L’exercice
Les exercices d’aérobie se sont avérés très efficaces dans le cas de la fibromyalgie. Le terme « aérobie » signifie « comprenant de l’oxygène ». Ces exercices sont souvent effectués à un niveau modéré pendant une longue période de temps. Par exemple, courir de longues distances est une activité d’aérobie, qui est cependant difficile à accomplir pour plusieurs patients souffrant de fibromyalgie, à cause des crises de douleur ou de la fatigue qui s’accumule. Quelques fournisseurs de soins de santé ont de l’expertise pour créer un programme d’activités qui vous permet d’augmenter graduellement vos exercices sans provoquer de crises de douleur.

Les thérapies non médicamenteuses
Des études ont démontré que les thérapies non médicamenteuses peuvent aider à réduire la douleur et à mieux l’endurer. Elles comprennent :

  • la relaxation
  • la méditation
  • la répartition des activités
  • la thérapie cognitivo-comportementale

Ces stratégies d’autogestion peuvent vous aider à mieux fonctionner, de sorte que vous pourrez en faire plus, tout en jouissant davantage de la vie.


Références

Rashiq S, Schopflocher D, Taenzer P, Jonsson E (eds). Chronic Pain: A Health Policy Perspective, Wiley Blackwell, 2008.