Céphalée de tension

Céphalée de tension

Par Lori Montgomery, MD, CCFP

Introduction

La céphalée de tension est le type de mal de tête le plus fréquent. Environ 40 % (40 sur 100) des personnes ont eu une céphalée de tension. Les céphalées de tension sont la plupart du temps moins graves que les migraines. Un petit nombre de personnes auront une céphalée de tension très grave. Lorsqu’elles sont très graves ou qu’elles sont très fréquentes, les céphalées de tension peuvent être très difficiles à distinguer de la migraine. Nous avons cru que ces maux de tête étaient causés par le stress ou par la tension musculaire (d’où son nom). Mais il est devenu clair que la tension musculaire est associée à toutes sortes de maux de tête, y compris la migraine.

Les signes et les symptômes

  • Sentir de la pression ou un serrement douloureux (pas d’élancement ni de pulsation) sur les deux côtés de la tête.
  • La douleur est habituellement de légère à modérée.
  • La douleur ne s’aggrave pas avec l’effort (comme monter des escaliers).
  • Les maux de tête qui ne sont pas traités peuvent durer de 30 minutes à plusieurs jours.
  • Pas de sensation de nausée, ni envie de régurgiter (vomir), à moins que la douleur ne soit forte.
  • Très peu de sensibilité à la lumière, au bruit ou aux odeurs.
  • Il n’y a pas d’aura (symptômes visuels ou neurologiques 20 à 30 minutes avant le mal de tête) avec des maux de tête de type tensionnel.

Les causes

Malgré le fait que la tension musculaire se produit dans tous les genres de maux de tête, nous avons conservé le nom céphalée de tension pour cet état. C’est parce qu’il semble y avoir quelque chose de différent concernant les muscles de la tête et de la figure chez les personnes qui éprouvent une céphalée de tension. Bien que l’électromyographie (EMG) ne détecte pas toujours une augmentation de la tension musculaire chez les personnes souffrant d’une céphalée de tension, le muscle est la plupart du temps plus tendu au toucher, même s’il n’y a aucun mal de tête. Une autre recherche suggère que d’autres choses comme le monoxyde d’azote pourraient être responsables de ce mal de tête.

Les tests diagnostiques

Il y a un ensemble de critères utilisés pour diagnostiquer la migraine qui ont été établis par l’International Headache Society. Ils comprennent un certain nombre de signes et de symptômes qui sont énumérés ci-dessous. Si ces critères s’appliquent à votre état et que votre examen est normal, vous n’avez pas besoin d’analyses de sang, de tomographie par ordinateur (TO), également appelée tomodensitométrie, ni d’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour établir un diagnostic. Si votre examen physique n’est pas normal, il pourrait être nécessaire de passer d’autres tests, afin de vous assurer que votre mal de tête n’est pas causé par quelque chose d’autre.

L’approche du traitement

La détente
Il a été difficile de dissiper le mythe voulant que le stress cause la céphalée de tension. C’est parce qu’on sait très bien depuis plusieurs années qu’apprendre à gérer le stress aide en effet à diminuer la douleur de la céphalée de tension. Mais c’est également vrai pour presque tous problèmes liés à la douleur.

Les thérapies non médicamenteuses
Des études ont démontré que les thérapies non médicamenteuses peuvent aider à réduire la douleur et à mieux la gérer. Elles comprennent :

  • la relaxation
  • la méditation
  • la répartition des activités
  • la thérapie cognitivo-comportementale

Ces stratégies d’autogestion peuvent vous aider à mieux fonctionner, de sorte que vous pourrez en faire plus, tout en jouissant davantage de la vie.

Les médicaments
Il n’existe aucun médicament particulier pour soigner la céphalée de tension, mais il y a quelque chevauchement avec les médicaments que nous utilisons pour la migraine, surtout si le mal de tête a justement des caractéristiques de la migraine, comme la nausée ou une sensibilité réduite. Parfois, des médicaments vendus en vente libre comme des anti-inflammatoires ou l’acétaminophène peuvent arrêter ou réduire l’intensité d’un mal de tête. Cependant, faites attention à ne pas prendre un de ces médicaments pendant plus de 10 jours par mois, car cela pourrait provoquer des maux de tête dus à un usage abusif de médicaments.

D’autres médicaments dépendront de la fréquence du mal de tête et de la façon dont il entrave la vie. S’il se produit plus de six ou huit fois par mois, cela vaudrait peut-être la peine de considérer un médicament à prendre quotidiennement pour réduire la fréquence et l’intensité de votre céphalée de tension. Ces médicaments ne vous débarrasseront jamais complètement de vos maux de tête, mais ils peuvent vous faciliter la vie. En voici quelques-uns :

  • Antidépresseurs tricycliques (comme la nortriptyline)
  • Inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine ou inhibiteur de la recapture de la sérotonine-noradrénaline
  • Inhibiteurs calciques (comme le vérapamil)
  • Bêtabloquants (comme le propranolol)
  • Acide valproïque

Le Botox (la toxine botulinique de type A) a parfois été utilisé pour traiter la céphalée de tension. Il fait l’objet d’intenses recherches et il peut prouver son utilité pour certaines personnes. Il n’a pas été approuvé officiellement pour son usage contre le mal de tête.


Pour plus d’information


Références

Adelman LC. Venlafaxine extended release (XR) for the prophylaxis of migraine and tension-type headache: A retrospective study in a clinical setting. Headache. 2001;40(7):572-580.

Ashina S, Ashina M. Current and potential future drug therapies for tension-type headache. Current Pain and Headache Reports. 2003; 7(6):1531-3433.

Mathew NT et al. Botulinum Toxin Type A (BOTOX®) for the prophylactic treatment of chronic daily headache: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial, Headache. 2005;45(4)293-307.

Millea PJ, Brodie JJ. Tension-type headache American Family Physician. 2002;66:797804.

Saper JR, Dodick D, Gladstone JP. Management of chronic daily headache: Challenges in clinical practice. Headache. 45(s1):S74-S85.