Céphalée cervicogénique

Céphalée cervicogénique

Par Lori Montgomery, MD, CCFP

Introduction

La céphalée cervicogénique (prononcer : CER-vi-co-gé-nik) n’est pas un problème simple. Elle signifie que la source du mal de tête est associée à un problème de cou. Cela peut provenir d’un large éventail d’autres causes, de la blessure traumatique à l’arthrite. L’International Headache Society est responsable de classifier les maux de tête et de les nommer. Ses membres considèrent que le mal de tête venant de « l’entorse cervicale » (syndrome cervical traumatique) ou de la douleur myofaciale est une douleur faciale différente, mais elle présente les mêmes symptômes et elle est traitée de la même façon. La céphalée cervicogénique se produit chez environ 1 % (1 sur cent) de la population générale. Elle constitue une cause fréquente du mal de tête quotidien.

Les signes et les symptômes

  • La douleur se situe le plus souvent sur un côté de la tête seulement.
  • C’est souvent une douleur sourde ou perçante commençant à l’arrière de la tête ou du cou et irradiant jusqu’au front et aux tempes.
  • Le mal de tête peut se produire avec de la douleur et de la raideur dans le cou.
  • Le mal de tête peut se produire avec de la douleur ou de la raideur dans l’épaule et dans le bras du même côté.
  • Certaines personnes ont une légère sensibilité à la lumière et au bruit, et même de la nausée et des vomissements accompagnés d’une forte douleur. Cela peut entraîner de la confusion entre le mal de tête et la migraine.

Les causes

Comme nous l’avons expliqué, il y a plusieurs causes à la céphalée cervicogénique. Nous pensons que la raison pour laquelle la douleur au cou cause le mal de tête est qu’il y a un endroit dans la partie supérieure de la colonne vertébrale où les fibres des nerfs sensoriels du cou rencontrent les fibres nerveuses du nerf trijumeau, qui transmet les signaux liés au mal de tête, ce qui entraîne ce que nous appelons de la douleur projetée. Dans ce cas, la douleur causée par les structures dans le cou est ressentie dans la tête.

Les tests diagnostiques

Il y a un ensemble de critères utilisés pour diagnostiquer la migraine qui ont été établis par l’International Headache Society. Ils comprennent un certain nombre de signes et de symptômes qui sont énumérés ci-dessous. Parfois, une injection d’anesthésique local peut être donnée dans les muscles de l’arrière de la tête, ce qui bloque temporairement le grand nerf occipital et entraîne une diminution de la douleur chez plusieurs personnes souffrant de céphalée cervicogénique. Les résultats sont temporaires; il s’agit donc d’un test diagnostique, et non d’une stratégie de traitement. D’autres injections, comme les injections intra-articulaires dans les facettes des vertèbres ou des blocs des branches médiales peuvent aider à diagnostiquer le problème d’une façon semblable.

L’approche du traitement

Il y a de nombreux débats sur la meilleure façon de traiter la céphalée cervicogénique. Les chercheurs tentent de trouver la meilleure approche. Le traitement devrait s’orienter sur le problème du cou, autant que possible. Dans la plupart des cas, cela nécessitera de la physiothérapie et de l’exercice, afin de renforcer les muscles profonds et stabilisateurs de la colonne vertébrale.

Les médicaments
Il n’y a aucun médicament qui sert spécialement pour la céphalée cervicogénique. Parfois, des médicaments en vente libre comme des anti-inflammatoires ou l’acétaminophène peuvent arrêter ou réduire l’intensité d’un mal de tête. Dans les cas des maux de tête aigus invalidants, on peut considérer prendre des opiacés. Cependant, faites attention à ne pas prendre un de ces médicaments pendant plus de 10 jours par mois, car cela pourrait provoquer des maux de tête dus à un usage abusif de médicaments. Il y a souvent un certain chevauchement entre les symptômes de la migraine et ceux de la céphalée cervicogénique. Les personnes qui souffrent de migraine décrivent souvent la douleur au cou comme son facteur déclenchant. Dans ces cas, les médicaments contre la migraine pourraient être essayés pour un mal de tête qui semble provenir d’un problème au cou.

Les injections
Plusieurs chercheurs ont étudié des injections de plusieurs types pour traiter la céphalée cervicogénique. Elles comprennent des stéroïdes, des anesthésiques locaux et la toxine botulinique (Botox) injectée dans diverses structures dans le cou. Dans les cas très graves, la chirurgie à la colonne vertébrale a également été essayée. Il n’y a aucune étude convaincante qui démontre une diminution du mal de tête après la chirurgie.

Les thérapies non médicamenteuses
Des études ont démontré que les thérapies non médicamenteuses peuvent aider à réduire la douleur et à mieux l’endurer. Elles comprennent :

  • la relaxation
  • la méditation
  • la répartition des activités
  • la thérapie cognitivo-comportementale

Ces stratégies d’autogestion peuvent vous aider à mieux fonctionner, de sorte que vous pourrez en faire plus, tout en jouissant davantage de la vie.


Références

Mathew NT et al. Botulinum Toxin Type A (BOTOX®) for the prophylactic treatment of chronic daily headache: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Headache. 2005;45(4)293-307.

Ribeiro S, et al. Cervicogenic headache. American Journal of Pain Medicine. 2005;15(2):48-58.

Saper JR, Dodick D, Gladstone JP. Management of chronic daily headache: Challenges in clinical practice. Headache. 45(s1):S74-S85.