Faire face au stress

Faire face au stress, à l’anxiété et à la peur

Par Diane LaChapelle Ph.D., LPsyc

L’anxiété et la peur sont deux réactions initiales fréquentes face à une blessure et à la douleur. Il est compréhensible, lorsque vous faites face à une nouvelle situation qui exige plus de compréhension et de connaissances, que vous développiez de nouvelles habiletés.

La peur n’est pas le même sentiment que l’anxiété. Vous avez peur lorsque vous vous sentez menacé ou que vous croyez que vous êtes en danger; la peur est dirigée vers une situation spécifique. Même si l’anxiété est liée de près à la peur, elle est vécue d’une manière plus générale. L’anxiété est une appréhension diffuse. La source de l’anxiété peut ne pas être facile à identifier.

Lorsque vous faites face à un état de douleur chronique, à une blessure ou à un nouveau diagnostic, certaines peurs spécifiques sont susceptibles de se manifester. Les peurs habituelles sont les suivantes :

  • Peur que la douleur augmente dans l’avenir
  • Peur que différentes activités ne causent d’autres blessures ou dommages
  • Peur de ne pouvoir continuer à travailler

Par rapport à ces peurs, vous pouvez ressentir une sensation générale d’appréhension associée à de l’anxiété.

Peur et anxiété peuvent mener à dramatiser, un processus mental irrationnel qui vous entraîne à penser que les pires choses peuvent vous arriver. Chez les personnes qui éprouvent de la douleur, les pensées catastrophiques se concentrent souvent sur la douleur, vécue comme atroce, horrible, insupportable et ayant complètement ruiné leur vie. Elles s’attendent à des difficultés continuelles et que tout dans leur vie continuera à être affreux, horrifiant et épouvantable. Les chercheurs ont découvert que la dramatisation augmente la douleur et peut aussi accentuer la peur, l’anxiété, la dépression et le stress.

En fait, un peu d’anxiété peut vous aider à court terme. Elle vous encourage à aller chercher de l’information et à commencer à développer les habiletés nécessaires pour affronter la douleur avec plus d’efficacité. Mais trop d’anxiété et de douleur peuvent vous paralyser. Par contre, trop de peur ou d’anxiété peuvent vous prévenir d’en apprendre davantage sur votre maladie, vous empêcher de vous livrer à de nouvelles activités ou vous porter à les éviter. Pour ces différentes raisons, vous devez apprendre à gérer votre peur et votre anxiété le plus tôt possible. Commencez par vous informer sur votre maladie, ensuite, essayez les stratégies indiquées ci-dessous.

Les pages suivantes peuvent vous aider à réduire votre anxiété, votre peur ou votre stress :

  •  Les techniques de relaxation. Assurez-vous de les pratiquer chaque jour.
  • La restructuration cognitive. Souvent, la pensée négative peut empirer votre douleur. Nous vous montrons, dans cette page, comment contrer votre pensée négative.
  • Les activités agréables. Dans cette page, nous vous parlons de l’importance de faire des activités que vous aimez, puisque cela peut vous aider à vous distraire de votre douleur, vous tenir actif et améliorer votre humeur.
  • Identifier vos valeurs personnelles. Cette page vous aide à réévaluer ce qui est important pour vous, c’est-à-dire ce sur quoi vous dépensez votre énergie.

Pour plus d’information sur l’anxiété et sur la peur, explorez ces sites Internet:

Pour plus d’information sur le stress, veuillez consultez ces sites Internet:

Mise en garde
Les ressources d’autoassistance peuvent constituer tout ce dont vous avez besoin pour vous aider à mieux gérer votre peur, votre anxiété et votre stress. Néanmoins, vous devriez consulter un psychologue ou votre médecin de famille si vous éprouvez un des problèmes suivants :

  • De l’anxiété, de la peur ou du stress d’une durée de plus de quelques semaines
  • Des problèmes de sommeil
  • Des symptômes physiques incompréhensibles comme un mal de tête ou des maux d’estomac
  • Des pensées anxieuses qui limitent vos activités

Si vous avez ressenti une crise de panique ou si vous pensez que vous pourriez souffrir d’un trouble de stress post-traumatique, consultez votre médecin de famille ou un psychologue le plus rapidement possible. Pour plus d’information sur ces troubles anxieux: www.medicinenet.com