Douleurs sacro-iliaques

Douleurs sacro-iliaques

Par Ted Findlay, MD, DO, CCFP

Introduction

L’articulation sacro-iliaque (prononcer : SA-CRO-il-IAQ) peut constituer l’une des causes mécaniques de la lombalgie, on la retrouve souvent dans d’autres causes de douleur lombaire. L’articulation sacro-iliaque se situe entre le sacrum et les crêtes de l’os iliaque du bassin. Le sacrum est l’os qui se trouve dans la partie inférieure de la colonne vertébrale, juste au-dessus du coccyx. Il ressemble quelque peu à un pivot ou à une pyramide inversée. Il se situe au dessous de votre ceinture. L’articulation sacro-iliaque bouge légèrement quand vous marchez. Son fonctionnement normal repose sur les muscles et sur les ligaments qui traversent l’articulation.

Les signes et les symptômes

Les patients aux prises avec des douleurs sacro-iliaques se plaignent souvent d’éprouver de la douleur, non seulement au rachis lombaire et aux hanches, mais souvent aux fesses et à l’aine du même côté. Il peut leur être pénible de rester assis longtemps, de se lever de leur chaise ou de monter des escaliers. Ils se plaignent souvent également de sentir de la douleur en se penchant ou en soulevant des objets.

Les causes

Les douleurs sacro-iliaques peuvent se manifester même en l’absence de toute blessure évidente. Plus fréquemment, elles succèdent à un traumatisme, comme une chute. Elles peuvent apparaître après un accident de véhicule automobile, lorsque le pied a été replié sur la pédale de frein, ce qui peut engendrer une force arrière à travers le bassin. Les douleurs peuvent aussi être liées à des forces biomécaniques anormales traversant le rachis lombaire qui résultent d’une anomalie posturale. Une inégalité de longueur des membres inférieurs est un exemple d’anomalie posturale : l’articulation peut alors suivre des forces sinueuses qui font pression en traversant le rachis lombaire et le bassin, particulièrement lorsque la personne soulève un objet. Elles peuvent être le résultat du dysfonctionnement des muscles qui traversent l’articulation, comme le muscle piriforme, ou de ligaments qui sont blessés ou lâches. Il peut arriver que les douleurs sacro-iliaques soient liées à des troubles arthritiques comme la spondylite ankylosante. Dans ce cas, on constate souvent qu’il y a des antécédents familiaux de problèmes similaires.

Les tests diagnostiques

Les douleurs et la dysfonction sacro-iliaques sont le plus souvent diagnostiquées en se basant sur les antécédents médicaux du patient et sur l’examen physique effectué par un médecin ou par un fournisseur de soins de santé qualifié. On doit aussi tenter de trouver d’autres causes à la douleur au dos. Parfois, des radiographies, une imagerie plus spécialisée ou encore des analyses sanguines peuvent être utilisées pour exclure d’autres causes possibles de la douleur, y compris la spondylite ankylosante.

L’approche du traitement

Les compresses froides et les compresses chaudes
L’autotraitement dans les premiers jours comprend l’application de compresses froides comme de la glace ou des sacs réfrigérants ne dépassant pas 15 à 20 minutes chaque fois. Après 48 à 72 heures, des compresses chaudes peuvent faire du bien, ou on peut alterner le chaud et le froid.

Les médicaments en vente libre
Des médicaments en vente libre comme l’acétaminophène ou l’ibuprofène peuvent être utiles, si vous êtes certain que ces médicaments sont sans danger dans votre cas. Votre médecin peut vous prescrire d’autres anti-inflammatoires ou d’autres médicaments contre la douleur.

La thérapie

La mobilisation (bouger) de l’articulation sacro-iliaque par un thérapeute manuel qualifié comme un physiothérapeute, un chiropraticien, un ostéopraticien ou un autre médecin expérimenté peut vous aider. Une garniture intérieure de chaussure ou une orthèse peuvent vous venir en aide si vous avez une jambe plus courte que l’autre.

Les injections

Parfois, un médecin recommandera des injections de cortisone (contre l’inflammation) ou d’autres agents (pour l’instabilité) dans l’articulation sacro-iliaque même.

L’exercice

En plus des étirements du tendon du jarret et des quadriceps (muscles), des flexions/extensions en position allongée sur le dos et en fléchissant un genou successivement vers chaque épaule peuvent vous aider. Ces exercices sont suivis d’une flexion des genoux vers les épaules. Plusieurs personnes trouvent que faire de la bicyclette ou de l’exercice est utile pour renforcer les muscles sollicités, alors que d’autres trouvent que cela aggrave la douleur de ces muscles.

 


Références