Les maladies              Accès au traitement de la douleur chronique              Gestion de la douleur chronique              Index des maladies (A à Z)              Publications       
global3 global global2

Approches d'autogestion

Gérer sa douleur au travail

La douleur chronique et l'incapacité

Médicaments contre la douleur

Les psychothérapies

Les thérapies physiques
Les exercices et techniques

À propos de la douleur

Les exercices et les techniques d'autogestion 

 

Par Judi Hunter M.D.


Quels sont les différents types d’exercices?

Les ergothérapeutes et les physiothérapeutes utilisent l’exercice comme partie de leur traitement. Ils peuvent vous prescrire des exercices spécifiques, qui peuvent aider à améliorer :

 

  • la guérison des tissus
  • l’amplitude des mouvements
  • la force
  • la connaissance du corps
  • le contrôle moteur
  • la fonction
  • les « patterns » neurophysiologiques liés au mouvement
  • l’auto-efficacité
  • les muscles faibles ou fatigués
  • les modèles d’activation anormale

 

L’étirement
Le thérapeute peut prescrire de l’exercice pour étirer vos tissus conjonctifs et vos muscles. Des exercices d’étirement spécifiques peuvent aider à réduire votre peur d’effectuer certains mouvements. L’étirement peut également aider à contrecarrer les effets des anciennes réponses protectrices de vos muscles.


Le renforcement et la stabilité motrice
Certains exercices aident à renforcer les muscles déconditionnés (flasques). Le déconditionnement peut s’être produit avant ou après la blessure.

Parfois, quand on éprouve de la douleur chronique, il y a « sensibilisation » du système nerveux. Quand il y a sensibilisation, le moindre mouvement peut produire ou augmenter la douleur, ce qu’on appelle la « réponse protectrice ». Un thérapeute adaptera les exercices de manière à ne pas causer de réponses protectrices indésirables. Des exercices de renforcement aident à désensibiliser le système nerveux aux forces des contractions musculaires.

Les exercices de stabilité motrice se concentrent sur les muscles profonds de la stabilité. Ces muscles peuvent être inhibés chez les personnes souffrant de douleur chronique. Les exercices de stabilité motrice exigent que vous soyez concentrés. Ils forcent le système nerveux à se concentrer sur l’exercice, loin de la douleur. Au commencement, les exercices de contrôle moteur sont doux. Ainsi, s’il y a sensibilisation du système nerveux, celui-ci n’interprète pas les exercices comme dangereux pour les muscles touchés.

La restauration fonctionnelle
Les programmes de restauration fonctionnelle sont habituellement liés au travail. Ils sont appliqués par un physiothérapeute et par une équipe multidisciplinaire. Le programme pourrait être spécifique au travail. Il comprend une approche cognitivo-comportementale (changer vos pensées et vos comportements) ainsi qu’un conditionnement physique intense. Le conditionnement physique améliore votre capacité aérobique, la force musculaire, l’endurance et la coordination.

Ces programmes sont habituellement conçus pour des groupes de patients spécifiques, comme ceux qui éprouvent une lombalgie chronique. Ils se sont avérés une réussite pour améliorer la fonction. À un moindre degré, ils peuvent aider à réduire la douleur.

Se sentir mieux malgré la douleur implique séparer la douleur et la souffrance. « J’ai encore mal, mais je peux mieux bouger maintenant, et cela ne m’embête plus tellement. »

Les composantes d’un programme de restauration fonctionnelle sont les suivantes :

 

  • Évaluations formelles répétées des problèmes physiques, pour guider, individualiser et contrôler le progrès;
  • Évaluations psychosociale et socioéconomique. Elles aident à guider et à individualiser les programmes ainsi qu’à contrôler la douleur, la déficience, le comportement et les résultats;
  • Programmes de gestion des déficiences multiples utilisant des techniques cognitivo-comportementales;
  • Interventions psychopharmacologiques si des substances toxiques doivent être extraites du corps. Elles comprennent également la gestion psychosociale;
  • Évaluations continuelles des résultats. Elles sont effectuées en utilisant des critères standards. Des entretiens dirigés peuvent être utilisés;
  • Une approche d’équipe comportant de fréquentes réunions d’équipe supervisées par un physiothérapeute ou par une équipe multidisciplinaire.

 

Les recherches ont démontré que les programmes de restauration fonctionnelle qui comprennent toutes ces composantes peuvent réduire le nombre de jours d’absences pour maladie chez certains travailleurs souffrant de dorsalgie chronique.

Le yoga
Le yoga peut aider les personnes souffrant de douleur chronique; ce n’est pas que des étirements. Il comprend la relaxation, la connaissance du corps, la respiration, des mouvements doux, la concentration et la méditation. Lorsqu’il est enseigné par un professeur qualifié, le yoga peut aider à soulager la plupart des aspects de la douleur chronique.chronique.

Prendre en main les techniques d’autogestion
Vous devez apprendre à soigner vos propres blessures, maladies et déficiences. C’est ce qu’on appelle l’autogestion. Plusieurs techniques peuvent être utilisées pour enseigner l’autogestion. Elles comprennent :

 

  • Les techniques de rétroaction biologique. Elles aident à réduire la tension musculaire. Elles vous permettent de pratiquer un mouvement doux, coordonné et entraînant moins de douleur;
  • La relaxation et la méditation. Elles peuvent vous aider à vous détendre et à diminuer la tension corporelle avant un exercice. Elles vous aident à demeurer détendus durant le mouvement et l’exercice;
  • Le rêve éveillé dirigé et la boîte à miroir. Ces deux techniques aident à changer la façon dont votre cerveau traite l’information sur la connaissance de votre corps. La thérapie par le miroir a aidé certaines personnes souffrant de douleur chronique dans les membres. Il s’agit de bouger le membre dans une boîte à miroir. La rétroaction visuelle de la main affaiblie est remplacée par celle (réfléchie) de la main forte. La thérapie par le miroir est considérée combiner le rendement moteur et la rétroaction sensorielle;
  • L’imagerie motrice. Elle fonctionne de la même façon que le rêve éveillé dirigé et la boîte à miroir, mais au début, elle ne comporte pas de mouvement.  
    
   



Faire un don à l'AQDC
Facebook AQDC