Les maladies              Accès au traitement de la douleur chronique              Gestion de la douleur chronique              Index des maladies (A à Z)              Publications       
global3 global global2

Approches d'autogestion

Gérer sa douleur au travail

La douleur chronique et l'incapacité
Les ressources
L'Autogestion

Médicaments contre la douleur

Les psychothérapies

Les thérapies physiques

À propos de la douleur

La douleur chronique et l'incapacité 

 

Par Martha Butler, OT

 

Qu’est-ce que l’incapacité?
L’état d’une personne qui, en raison d’une déficience, ne peut accomplir certains actes ou exercer une activité d’une manière dite normale.


Organisation mondiale de la santé
Souffrir de douleur chronique peut affecter votre capacité à réaliser vos activités de la vie quotidienne, qui comprennent l’autonomie en matière de santé, la famille, le travail, les activités sociales et les loisirs. Si vous êtes incapable de participer pleinement à ces activités normales de la vie, vous pouvez être considéré comme une personne handicapée.

 

Ce ne sont pas toutes les personnes qui souffrent de douleur chronique qui sont handicapées. Chaque personne est unique. Vous pouvez souffrir plus ou moins de votre état que les autres personnes, selon :

 

  • Constitution biologique
  • Capacité intellectuelle
  • Statut socioéconomique
  • Constitution familiale et héritage culturel
  • Vulnérabilité physique
  • Vulnérabilité émotionnelle
  • Prédisposition aux autres diagnostics


La douleur chronique et l’incapacité
Lorsque la douleur devient chronique, votre vie commence à changer de façon importante. Certains de ces changements ou adaptations à la douleur peuvent s’avérer utiles, alors que d’autres non.

Certains changements peuvent être soudains. Par exemple, après un accident d’auto, un changement subit pourrait être que vous cessiez de faire de l’exercice. D’autres changements peuvent être lents et graduels. Vous pouvez même ne pas vous en apercevoir. Par exemple, d’autres personnes peuvent se rendre compte que vous n’êtes plus aussi heureux que vous l’étiez auparavant.

Certains changements sont petits et ennuyeux, alors que d’autres sont majeurs et contrariants. La douleur chronique peut avoir des conséquences sur le travail, sur les relations humaines, sur l’humeur, sur l’intimité sexuelle, sur le sommeil, les passe-temps, l’estime de soi et les buts futurs.


Les répercussions de la douleur chronique
La douleur chronique peut avoir des répercussions sur votre vie de plusieurs manières :

 

  • Activités limitées
  • Changement des rôles de vie
  • Faible, muscles tendus
  • Déconditionnement physique : ne pas être en forme
  • Retrait des activités sociales
  • Anxiété
  • Dépression
  • Colère
  • Diminution de la mémoire et de la concentration

 

Cela peut mener à ce qu’on appelle « la spirale de la douleur chronique », dans laquelle la douleur finit par influencer tout ce que vous faites.

 

Comment diminuer les répercussions?
Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour diminuer les répercussions de la douleur chronique. Les traitements passifs impliquent qu’on vous fait des choses. Ils comprennent les thérapies manuelles, les actes médicaux ou les médicaments. Les traitements passifs seuls ne suffisent pas à vous aider à poursuivre votre vie. Des approches actives sont nécessaires aussi.

Les approches actives sont les choses que vous faites pour vous aider vous-même. Elles comprennent l’autosurveillance, contrôler son propre rythme, sa posture et son positionnement, son étirement et son renforcement, la relaxation, changer ses propos négatifs, l’hygiène du sommeil, apprendre l’affirmation de soi et les aptitudes à résoudre un problème. Les approches actives sont également appelées les « stratégies d’autogestion ».

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

    

   



Faire un don à l'AQDC
Facebook AQDC